Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avant plus 10, arrière plus 5, chassez aux ballast centraux, immersion périscopique !

 

(Pourquoi-pas emprunter le langage sous-marinier ? Ne s’agit-il pas d’une émersion après une aussi longue plongée ?)

 

 

 

Et voilà…

 

Des heures ont passé… Des jours des semaines pendant lesquels le temps s’est figé, comprimé, au point qu’aujourd’hui, nous ne lui reconnaissons pas la même valeur…

 

Avant l’événement, nous avions tous les droits ! Du moins le croyions-nous dans notre orgueil infini, allant même jusqu’à la vanité…

 

Et voilà que nous fûmes tous enfermés en nos demeures, surpris, interloqués, face à nos incertitudes, nos inquiétudes, nos peurs…

 

Il aura suffi d’un virus. Une chose infiniment petite sans aucune vie. Car si elle en avait eu une, nous nous serions empressés de l’occire avec quelque antibiotique bien placé !

 

Cette petite chose infime autant qu’infâme nous aura cependant appris un certain nombre de choses, en nous remettant en quelque sorte les « pendules à l’heure »…

 

Par exemple que les États-Unis ne sont plus le leader mondial ; que la toute puissance du pétrole se réduit à néant quand la société ne peut plus en consommer ; qu’une crise économique va immanquablement survenir, mais que cela n’a pas d’importance puisque l’argent ne vaut déjà plus rien ; que si les médias quelquefois nous rapprochent, ils sont souvent hélas un moyen de créer la panique, de semer le mensonge et la discorde ; que la planète semble ne pas avoir besoin de nous, et même paraît se porter mieux quand nous sommes enfermés ; que le personnel de santé, lui, pourtant si mal payé et mal considéré, n’abandonne pas le combat. Que d’un coup, on lui trouve plus d’utilité qu’un footballeur, payé lui à millions ; que nos « responsables » politiques sont complètement erratiques, dépassés, incompétents, eux qui ont pourtant la charge de prendre les décisions…(Pas faciles il est vrai). Petits hommes malencontreusement confrontés à une fatalité qui les submerge et face à laquelle ils sont obligés d’admettre leur impuissance... Les voilà contraints d’avoir recours aux contradictions et même au mensonge !

 

Inutile d’allonger cette liste, laissant à chacun le choix d’y ajouter le fruit de la réflexion qu’il a pu mener dans un silence retrouvé par force…

 

Pour certains des plus jeunes, déréférencés par un système éducatif déliquescent ne leur permettant plus de comprendre que c’est avec les lumières du passé que l’on peut s’avancer vers l’inconnu de l’avenir, ce fut peut-être un moyen d’appréhender ce que leurs parents et grands parents ont vécu durant les guerres, même s’ils n’ont pas eux, perçu le bruit des bombes ni les angoisses de l’exode et de la faim.

 

Et voici que comme par magie, aujourd’hui nous sommes « déconfinés » !

 

Plus exactement nous passons d’un confinement imposé à un autre confinement volontaire celui-là.

Car le danger, (à moins qu’il n’ait été seulement qu’un mauvais cauchemar) persiste, il est plus présent que jamais, et il convient d’être d’autant plus prudent. Ceci davantage pour les autres que pour nous, car si nous acceptons certains risques pour nous-même, nous n’avons aucunement le droit d’en faire prendre à nos semblables.

 

Nous allons même pouvoir « prendre des vacances » ! Curieuses vacances il est vrai, avec un masque sur le visage, l’apéro remplacé par la solution hydroalcoolique… Mais n’est-ce pas la matérialisation du fait que rien ne sera plus jamais comme avant ?

 

Comme vous le savez, toute activité a été suspendue chez ARÉS. Les directives municipales ayant sagement annulé toute manifestation regroupant du public jusqu’à la mi-Juillet.

Cependant, nous avons pris les dispositions nécessaires pour pouvoir organiser le prochain salon Radio de Roquefort la Bédoule les 5 et 6 Juin 2021, ce qui nous donne largement le temps d’y réfléchir !

 

Entre-temps nous envisageons la reprise des « Ateliers d’ARÉS » en la salle Saint-Jean-Baptiste du hameau de Roquefort à partir du mois de Septembre, si tout rentre dans l’ordre. Bien sûr nous vous tiendrons au courant du suivi en temps voulu.

 

Voilà chers amis d’ARÉS les réflexions qu’a suscité chez moi cette retraite involontaire. De votre côté, comment avez-vous tous vécu cette période surréaliste ? Nous serions heureux de le savoir, et ce serait peut être un excellent exutoire que d’en parler entre nous en toute modestie et sobriété…

 

Un monde est en train de disparaître. Serons-nous capables d’en faire naître un autre avec sagesse et humilité ?

 

Puissions-nous découvrir que lorsque nous serrons la main de l’Ami, du Frère, nous lui accordons là une confiance énorme...

 

Avec toutes mes amitiés,

 

Le Président, Jean-Pierre Pramayon

F6CFZ – UFT 1248

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :